La Colère - Art & Furious

Le jeudi 11 avril 2019

Abbaye de Maubuisson, avenue Richard de Tour Saint-Ouen-l'Aumône

Dans le cadre du cycle de conférences "Connaissance de l'art contemporain".

L’insatisfaction, l’agressivité, le manque de contrôle font partie de la vie de l’art. Des romantiques aux fauves, des futuristes aux performeurs contemporains, les colères des artistes emportent tout. Mais cette impatience, cette indignation, cette rage sont-elles toujours dans l’ADN de l’art ? « Au début des années 60, Arman pulvérise des contrebasses et des meubles Henri II, symboles du mobilier bourgeois. Délaissant les pinceaux des cubistes et leurs ciseaux délicats, il réinterprète à la masse le mythe moderniste du compotier brisé, traduit à la barre à mine les violons de Braque et Picasso. Comme Moïse qui casse le veau d’or, Mahomet qui jette à terre les sculptures de la ca’aba, Arman s’attaqua aux symboles d’une religion artistique qu’il dénonce, affirmant la fondation d’un culte nouveau ». Ainsi parlait… Didier Ottinger, commissaire de l’exposition consacrée à La Colère en 1996 au Centre Pompidou. Les avant-gardes qui rêvent de changer la vie ont naturellement l’humeur propre aux réformateurs. L’Histoire du Vandalisme de Louis Réau résonne toujours dans les ruines des Bouddhas géants de Bamiyan. Aujourd’hui, deux types de colères sont encore évoqués, celle que l’on ressent dans et devant les œuvres, et celle qu’elles manifestent, avec plus ou moins de violence. Furieusement contemporain !

18 h 30. Abbaye de Maubuisson, avenue Richard de Tour. Saint-Ouen-l'Aumône